Accueil  >  Santé oculaire et auditive  >  Déficiences auditives et suppléments...
26-05-2015

Déficiences auditives et suppléments nutritionnels et botaniques

Pertes auditives Les déficiences auditives affectent près d'un tiers des adultes entre 65 et 74 ans. Ce pourcentage passe à 50% pour les adultes âgés de 75 à 79 ans. Des suppléments nutritionnels et botaniques peuvent aider à prévenir, voire à atténuer, certaines déficiences auditives. Il s'agit, notamment, de l'acide alpha-lipoïque, de la vinpocétine, du ginkgo biloba, de la quercétine ou du magnésium.

5 millions de Français souffrent de mal audition. Une enquête réalisée par l'INSERM (l'Institut National de la Santé et de la recherche Médicale) indique que dans la population des personnes âgées de plus de 60 ans, une personne sur trois a une audition normale, 40% d'entre elles ont une gêne légère et 30% souffrent d'une gêne moyenne ou légère.
La perte de l'audition peut résulter d'un dysfonctionnement d'une partie du système auditif. Les causes incluent également les maladies, des causes héréditaires, l'exposition au bruit, l'ototoxicité (contact avec des agents toxiques pour l'oreille interne) comme certains antibiotiques, une lésion du nerf cochléaire et du cerveau.

Chez les personnes âgées, le type le plus courant de perte auditive est la presbyacousie un terme décrivant la perte auditive attribuée au vieillissement dont la cause spécifique reste inconnue. La presbyacousie commence vers 30 ans, mais c'est surtout après 50 ans qu'elle peut devenir socialement gênante. Le malentendant presbyacousique présente essentiellement une perte sur les fréquences élevées. La compréhension de la parole devient moins bonne parce que la baisse de l'audition est surtout localisée dans les sons aigus.
La surdité est partielle, ne couvre pas toutes les fréquences et les neurones initialement « spécialisés » dans une certaine fréquence qui n'est plus sollicitée en raison de la perte auditive, sont capables de répondre à d'autres fréquences audibles. Il existe ainsi une réorganisation cérébrale fonctionnelle de la carte des fréquences au niveau du cortex, bien établie chez l'animal.

Les acouphènes, bourdonnements, sifflements, tintements dans les oreilles, sans aucune excitation extérieure, se produisent également relativement fréquemment chez les personnes âgées et touchent 10% de la population. C'est un problème important pour 0,5% d'entre elles. Ils peuvent accompagner la perte auditive.

Bien que leur cause soit inconnue, ils peuvent cependant être des symptômes d'un désordre de l'oreille comme une infection, un blocage du canal de l'oreille ou du tube d'Eustache, d'otosclérose (excroissance de l'os dans le milieu de l'oreille) ou de la maladie de Ménière qui se traduit par des vertiges accompagnés d'acouphènes.

L'acide alpha-lipoïque protège des pertes auditives induites par les antibiotiques et par l'exposition au bruit

Aux laboratoires de Recherche sur l'Audition de la Duke University, à Durham, en Caroline du Nord, des chercheurs ont examiné quels effets positifs pouvait avoir l'acide alpha-lipoïque sur des lésions du tissu cochléaire de l'oreille provoquées par des antibiotiques comme les aminoglycosides. Récemment, un certain nombre d'études ont montré que la gentamicine (un antibiotique aminoglycosides largement utilisé pour traiter des infections de la cornée, du système urinaire et d'autres infections) stimulait la génération de radicaux libres suggérant fortement que ce processus pouvait jouer un rôle important dans l'ototoxicité induite par les aminoglycosides.

Partant du fait que certains nutriments possèdent la capacité d'inactiver les radicaux libres, les chercheurs ont étudié le pouvoir de l'acide alpha-lipoïque à réduire les lésions de l'oreille lorsqu'elles sont provoquées par un antibiotique. Leurs travaux ont permis de montrer que des animaux protégés par la prise d'acide alpha-lipoïque n'avaient pas leur audition autant endommagée comme les animaux recevant seulement des antibiotiques.
Les chercheurs ont pensé que l'acide alpha-lipoïque était particulièrement adapté à la protection de l'oreille parce qu'il était largement distribué aussi bien dans les tissus aqueux que graisseux. De plus, il traverse très rapidement la barrière hémato-encéphalique et est bien absorbé par les tissus neuraux.

Dans une étude récente, l'acide alpha-lipoïque combiné avec de la vitamine E protégeait contre l'exposition à des bruits d'impulsion de haute énergie causés par des explosions qui peuvent provoquer des dommages fonctionnels et structurels dans les organes creux, en particulier, les systèmes respiratoires et auditifs. Utilisant des rats, les chercheurs ont examiné si une courte période de supplémentation avec des antioxydants pouvait protéger des dommages du souffle d'une explosion. Des rats ont reçu 800 UI de vitamine E ou 1 000 g de vitamine C ou 25 mg d'acide alpha-lipoïque.

Chaque nutriment était donné pendant trois jours. Le quatrième jour, les rats furent profondément anesthésiés et exposés à une vague simulée de souffle d'explosion. La supplémentation avec la vitamine E et avec l'acide alpha-lipoïque mais pas avec la vitamine C a renversé la perte auditive. La quantité d'acide alpha-lipoïque était relativement faible par rapport aux quantités de vitamine E utilisées. Les doses habituelles de vitamine E utilisés chez l'homme peuvent être de 800 UI par jour et celle d'acide alpha-lipoïque de 400 mg par jour. Les chercheurs en ont conclu que des doses relativement faibles d'acide alpha-lipoïque peuvent aider à protéger des dommages auditifs.

De nombreuses recherches ont été réalisées sur la capacité du glutathion à être un protecteur cochléaire naturel en prévenant les dommages radicalaires. Des études ont montré que l'acide alpha-lipoïque augmente les niveaux de glutathion intracellulaire jusqu'à 70%. Sa capacité à régénérer et à augmenter les niveaux de vitamines E et C dans l'organisme sont parmi les bénéfices de l'acide alpha-lipoïque par rapport à la protection de l'audition. Ces vitamines jouent un rôle important dans la neutralisation des radicaux libres.

Des travaux scientifiques publiés il y a quelques années avaient montré que certaines vitamines restauraient la perte auditive récente, en particulier, les pertes auditives liées à la maladie de Menière. Cette maladie est caractérisée par des vertiges fréquents, des acouphènes et une perte auditive progressive. Sa cause est inconnue. Le traitement de la perte auditive impliquait l'utilisation des vitamines B12, B1, B5, un stéroïde, un diurétique et de l'acide alpha-lipoïque.

Ce traitement « vitaminique » a été comparé à un traitement décrit comme conventionnel et incluant un stéroïde, de la vitamine B, du dextran et un anesthésique local. 454 oreilles furent traitées pour surdité soudaine, 354 cas de perte d'audition perceptive provenant d'autres causes. Les deux traitements se sont révélés également efficaces. Mais, sur les nouveaux cas de perte auditive, traités dans un délai de quatre semaines depuis son apparition, le traitement « vitaminique » a donné de meilleurs résultats. De même, dans des cas de perte auditive sévère ou de symptômes vestibulaires (vertiges, perte d'équilibre, nausées...) le traitement « vitaminique » était plus efficace. C'était également vrai sur les patients souffrant de maladie de Ménière. Soulignons que le traitement « vitaminique » contenait de l'acide alpha-lipoïque à la dose de 200 mg.

La Vinpocétine retarde les pertes auditives et restaure certaines fonctions auditives

La Vinpocétine a été administrée à des doses de 15 à 35 mg à 18 sujets souffrant d'une vaste variété de degrés de défauts de la perception auditive. 8 sujets ont eu une amélioration significative de leur fonction auditive (de 10 à 30 dB pour quatre d'entre eux et plus de 40 dB pour les quatre autres sujets). Cela veut dire qu'il y avait des améliorations mesurables dans la compréhension des paroles, en particulier, lorsqu'il y avait beaucoup de bruit autour des patients. Les résultats étaient meilleurs avec les doses les plus élevées. Les chercheurs ont observé que des améliorations significatives de la fonction auditive pouvaient ainsi être obtenues particulièrement avec des patients jeunes ou d'âge moyen.

Dans de nombreuses études, la Vinpocétine a permis d'améliorer des déficiences des fonctions auditives associées à différentes altérations sensorineurales aussi bien qu'à des vertiges. La perte auditive liée au vieillissement, les altérations vasculaires de l'audition et certaines pertes auditives des hautes fréquences causés par des agressions environnementales ont été aidés par la vinpocétine. Dans la maladie de Ménière (vertiges accompagnés d'acouphènes), la Vinpocétine s'est montrée supérieure aux autres agents vasodilatateurs.

La surdité perceptive est généralement une forme héréditaire de perte auditive mais peut aussi avoir d'autres causes. Avec certaines formes de surdité ainsi qu'avec des problèmes otologiques accompagnés de vertiges et d'acouphènes, des études ont montré l'efficacité de la vinpocétine. Elle est également utile dans des cas de surdité vasculaire, de perte auditive liée à l'âge et de surdité soudaine accompagnée de dysfonctionnements physiologiques.

Des études ont également montré que la Vinpocétine peut aider à prévenir les dommages liés à l'ototoxicité notamment des antibiotiques, de l'aspirine et des diurétiques.

La Vinpocétine stimule les niveaux intracellulaires de monophosphate de guanosine cyclique (un messager cellulaire de communication indispensable à la production d'oxyde nitrique) et augmente la relaxation des muscles vasculaires lisses. Elle peut réduire la résistance des cellules des capillaires des oreilles et des cellules cochléaires, protéger et favoriser l'augmentation de la circulation sanguine.

Une étude réalisée à l'Université médicale Semmelweis de Budapest en Hongrie a montré, sur des cultures de cellules de cochons d'Inde que des bioflavonoïdes comme l'ipriflavone et la quercétine pouvaient avoir un effet bénéfique sur l'otosclérose. Ces bioflavonoïdes entraînent une diminution du processus des lésions sclérotiques en agissant de façon synergique pour stimuler la synthèse du collagène. Lorsque le collagène dégénère, il devient un site privilégié pour la formation de lésions. Parce que la quercétine est supérieure à l'ipriflavone dans son hydrosolubilité, les chercheurs pensent qu'elle sera probablement plus efficace à contrôler la perturbation otosclérotique de remodelage de l'os.

Le magnésium contre les dommages auditifs liés au bruit

L'intérêt du magnésium pour aider à protéger l'audition des agressions de la pollution du bruit a été démontré. Dans une étude, 300 jeunes hommes militaires en bonne santé suivant deux mois d'entraînement de base ont été exposés de façon répétée à de hauts niveaux de bruits inattendus. Au début de chaque journée, les recrues ont reçu une dose de 167 mg de magnésium (sous forme d'aspartate de magnésium) ou un placebo.

A la fin de l'étude, les résultats furent étonnants : les recrues sous placebo avaient significativement plus de perte auditive permanente que ceux recevant du magnésium. Les dommages étaient significativement plus fréquents et plus sévères dans le groupe sous placebo que dans celui prenant du magnésium. D'autres études ont montré des effets similaires.

Ginkgo biloba et acouphènes

En 1986, une étude prouve l'efficacité du ginkgo biloba dans le traitement des acouphènes. Les bourdonnements disparurent complètement chez 35% des patients testés avec une amélioration perceptible dès le 70ème jour.
Ensuite, 350 patients avec des défauts d'audition dus au vieillissement furent traités avec de l'extrait de ginkgo biloba avec un ratio de succès de 82%. De plus, une étude de suivi de 137 patients du groupe originel a révélé que 5 ans plus tard 67% d'entre eux avaient toujours une meilleure audition.

Récemment, un article allemand a examiné et évalué 19 études cliniques portant sur les effets d'un extrait de Ginkgo biloba sur les acouphènes. Les résultats de huit de ces études contrôlées portant sur des acouphènes dus à une insuffisance cérébrovasculaire ou à d'autres désordres ont montré pour une grande part la supériorité du traitement avec le ginkgo biloba sur le placebo ou d'autres médicaments sur des périodes allant d'un à trois mois. Des études ouvertes, certaines impliquant un grand nombre de patients, ont révélé d'appréciables améliorations par le traitement avec un extrait de ginkgo biloba. Les succès thérapeutiques n'étaient pas directement corrélés avec la genèse ou la durée des acouphènes. Cependant, l'examen des facteurs de pronostic indique que de meilleurs résultats peuvent être attendus d'un traitement précoce.


Références :

Attenuation of aminoglycoside-induced cochlear damage with the metabolic antioxidant alpha-lipoic acid, Hear Res., 1999;128 (1-2):40-44.
Interplay between lipoic acid and glutathione in the protection against microsomal lipid peroxidation, Biochel Biophys Acta, 963;558-561.
The efficacy of lasix vitamin therapy for sudden deafness and other neurosensorineural hearing loss, Acta Otolaryngol. 1991;486:78-91.
Vitamin E and lipoic acid, but not vitamin C improve blood oxygenation after high-energy impulse noise (BLAST) exposure, Biochem Biophys Res Commun, 1998;253(1):114-118.
Therapeutic action of cavinton in hearing defects of neurologic origine, Ther Hung, 1978;26:16-19.
Ethyl apovincaminate in the treatment of sensorineural impairment of hearing, Arzneimittelforschung, 1976;26:1977-1980.
Action of cavington on hearing defects of different origin. Ther Hung, 1978;26:16-19
Effect of ethyl ether of apovincaminic acid (Cavinton) on the ototoxic action of sisomicin in guinea pigs. Otolaryngol Pol, 1990;44:122-129.
Flavonoids alter bone-remodeling in the auditory ossicle organ cultures. Acta Otolaryngol, 1995;115:296-299.
Oral magnesium intake reduces permanent hearing loss induced by noise exposure. Am J Otolaryngol, 1994;15:26-32.
Pills may replace ear-muffs for protection against damaging noise. Lancet, 1998;351:1411.
Trial of an extract of Ginkgo biloba for tinnitus and hearing loss. Clin Otolaryngol, 1988;13:501-502.
Ginkgo special extract Egb 761 in tinnitus therapy. An overview of results of completed clinical trials. Fortschr Med 2001; 118 (4):157-164.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
OptiHear™

Une formule protectrice naturelle de la fonction auditive

ca.supersmart.com
Vinpocetine 15 mg

Un complément nootropique de vinpocétine pour soutenir la circulation et l'oxygénation du cerveau

ca.supersmart.com
Alpha Lipoic Acid

Un complément alimentaire d’acide alpha-lipoïque stable et économique

ca.supersmart.com
OptiMag

Une association unique et synergique de magnésium à la biodisponibilité exceptionnelle

ca.supersmart.com
Ginkgo Biloba 60 mg

Un extrait de Ginkgo Biloba à forte teneur en principes actifs

ca.supersmart.com
A découvrir aussi
10-10-2016
Les incroyables vertus polyvalentes du curcuma (2/2)
En Inde, le curcuma est utilisé pour traiter toute une variété d'indispositions incluant des problèmes gastro-intestinaux, des troubles inflammatoires, des maux de tête, des infections...
Lire plus :
08-05-2019
Les carottes préservent votre vue mais les...
S’il est bien établi maintenant que les fruits et légumes rouges et orange, tels que la carotte, la patate douce et les tomates, réduisent le...
Lire plus :
26-04-2017
Baies d’argousier, des superfruits aux multiples vertus
Connaissez-vous les baies d’argousier ? Depuis le début des années 2000, l’engouement pour ces petites baies oranges ne cessent de croître, à tel point que...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frenes

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer