Accueil  >  Supplémentation hormonale  >  Entretien avec le Dr...
01-01-2010

Entretien avec le Dr Jonathan Wright

Entretien avec le Dr Jonathan Wright (1er février 2010)

Les hormones bio-identiques sont associées à de plus faibles risques, y compris pour celui de cancer du sein ou de maladie cardio-vasculaire, et sont plus efficaces que leurs homologues synthétiques ou dérivés d'animaux.

Le Dr Jonathan Wright est le directeur médical de la Tahoma Clinic à Renton, Washington, qu'il a fondée en 1973 et où il pratique également la médecine. La clinique est spécialisée dans la prévention et le traitement des maladies par des moyens biochimiques naturels.
Diplômé de l'université de Harvard (AB, 1965) et de l'université du Michigan (MD, 1969), le Dr Wright enseigne les traitements médicaux biochimiques naturels depuis 1983 à des milliers de médecins aux États-Unis, en Europe et au Japon. En 1982, il a personnellement développé l'utilisation des ?strogènes bio-identiques dans la pratique médicale quotidienne et a été le premier à utiliser la DHEA en pratique privée. Il est à l'origine de traitements naturels efficaces pour éliminer l'asthme de l'enfance et du traitement de l'infection urinaire à E. coli avec du D?mannose et a découvert les effets du cobalt sur la détoxification des ?strogènes.
Le Dr Wright est connu au plan international par ses livres et ses articles. Il est l'auteur ou le coauteur de onze ouvrages et a vendu plus de 1,1 million d'exemplaires pour deux textes qui ont atteint le statut de best-sellers : Book of Nutritional Therapy et Guide for Healing with Nutrition. Le Dr Wright est le rédacteur d'une lettre d'information mensuelle, Nutrition and Healing, mettant en valeur la médecine nutritionnelle dans la pratique médicale, envoyée à plus de 90 000 personnes aux États-Unis et à plus de 20 000 autres dans le monde entier.

Avec Alan Gaby, MD, le Dr Wright organise régulièrement des séminaires scientifiquement documentés et détaillés qui ont aidé de nombreux professionnels de santé à acquérir la perception des approches nutritionnelles de la maladie. Le Dr Wright intervient dans de nombreuses conférences d'associations médicales dans le monde entier sur différents sujets, incluant la médecine nutritionnelle, les traitements hormonaux substitutifs pour les hommes et les femmes, le traitement naturel des maladies cardio-vasculaires, de l'asthme, du diabète, le D?mannose et l'infection de la vessie, l'usage de la vitamine D et les tests de laboratoire, l'utilisation clinique des éléments nutriments et bien d'autres sujets.

Dr Wright


En 2002, un événement extrêmement significatif s'est produit, qui a modifié pour toujours le traitement hormonal substitutif… et pour cela, nous devrions en être éternellement reconnaissants ! The Women's Health Initiative (WHI, ou « Initiative pour la santé des femmes »), une étude financée par le gouvernement des États-Unis sur les effets à long terme du traitement hormonal substitutif (THS) conventionnel/breveté (médicaments pharmaceutiques par voie orale à base d'oestrogènes chevalins conjugués, extraits d'urine de jument - oui, des hormones de cheval !), devait durer neuf ans. Mais elle a été sommairement arrêtée après seulement cinq ans, lorsque des preuves inévitables ont émergé, montrant que les risques pour la santé impliqués par un usage de longue durée l'emportaient de très loin sur les bénéfices.
Commercialisés sous les noms de Premarin (?strogènes chevalins), Provera (progestérone synthétique) et Prempro (une combinaison des deux), ces produits ont été de plus en plus utilisés depuis les années 1960 - et fortement profitables pour leurs fabricants, Wyeth Pharmaceuticals (récemment fusionné avec Pfizer). Malheureusement pour Wyeth/Pfizer, une partie de ces profits est maintenant accordée en dommages et intérêts à des femmes ayant prouvé, à la satisfaction de quelques cours de justice aux États-Unis, que leur cancer du sein était un résultat direct de la prise de produits de THS de Wyeth.

Traintement hormonal substitutif


Au début des années 1980, le Dr Jonathan Wright a découvert et a ouvert la voie à l'utilisation de traitement substitutif complet avec des hormones identiques à celles de l'homme (bien qu'il soit en désaccord avec le mot « découverte », qu'il décrit comme simplement « copier la nature »). Et maintenant, en dépit de ce qui devrait paraître d'une logique saisissante - remplacer les hormones humaines par des hormones identiques à celles de l'homme -, le THSB (traitement hormonal substitutif bio-identique) est encore le David face au Goliath THS. En 1997, avec le Dr Lane Lenard, il a publié le premier ouvrage jamais écrit sur le traitement avec des hormones bio-identiques. Ils reviennent sur le marché le 14 février prochain avec un livre nouveau et mis à jour sous le titre Stay Young and Sexy with Bio-Identical Hormone Replacement - The Science explained (« Rester jeune et sexy avec la substitution par des hormones bio-identiques - La science expliquée »).
Avant la publication de son dernier ouvrage, Nutra News s'est entretenu avec le Dr Jonathan Wright à propos de son travail et du THSB, le traitement qui réellement change et préserve la vie.


Nutra News : Pour beaucoup, le terme THSB n'est pas familier. Les dangers du THS breveté ne sont pas aussi connus qu'ils devraient l'être, et il continue à être prescrit. Pourquoi le THSB ne prend-il pas le monde d'assaut ?

Dr Jonathan Wright : Actuellement, le THSB est en train de le faire aux États-Unis. Oprah (Winfrey) et Suzanne Somers ont fait beaucoup pour cela : Oprah a dédié deux de ses shows à ce sujet et, en fait, depuis le livre de Suzanne paru en 2004, The Sexy Years (« Les Années sexy »), il y a une augmentation très importante de l'utilisation du THSB. Cela a rempli un vide aux États-Unis après les résultats de la WHI, lorsque les ventes du Prempro de Wyeth ont chuté de plusieurs milliards de dollars à moins d'un milliard !
En Europe, je doute qu'il y ait la même dépendance au Premarin, au Prempro ou au Provera. Un médecin français m'a dit un jour : « En France, nous avons un peu trop de bon sens pour donner des hormones de cheval aux gens ! » En fait, l'oestrogène bio-identique est utilisé en Europe depuis de nombreuses années sous forme de 17-bêta-estradiol.

Nutra News : Une des principales accusations faites au THSB est le manque perçu de preuves cliniques démontrant son efficacité et sa sécurité. Est-ce dû à un manque de financement disponible ?

Dr Jonathan Wright : Il est totalement faux de dire qu'il n'y a pas de données cliniques. Il y a littéralement des milliers de papiers qui ont été publiés sur ce sujet. Tout récemment, mon estimé collègue le Dr Kent Holtorf a conduit une revue qui a été publiée en janvier de l'année dernière dans le Journal of Postgraduate Medicine. Il a passé en revue 196 études publiées sur le THS conventionnel et sur le THSB, dont la conclusion a été : « Les hormones bio-identiques sont associées à de plus faibles risques, y compris pour le risque de cancer du sein ou de maladie cardio-vasculaire, et sont plus efficaces que leurs homologues synthétiques ou dérivés d'animaux1. »
Mes collègues et moi-même entretenons le site internet de la Bio-Identical Hormone Society (Société des hormones bio-identiques, un site réservé à ses membres), qui a des milliers d'abstracts publiquement disponibles, recherchant et démontrant les bénéfices des oestrogènes naturels, de la testostérone et d'autres hormones naturelles. Oui, le financement est parfois un problème, mais selon mon expérience, il y en a suffisamment pour produire suffisamment de preuves.


Nutra News : Dans votre livre, vous écrivez que les femmes peuvent utiliser le THSB à tout âge - même les femmes préménopausées. Le THSB peut-il être utile pour d'autres problèmes liés au cycle menstruel, tels des règles irrégulières ou douloureuses, le syndrome prémenstruel, voire même des affections comme l'endométriose ?

Dr Jonathan Wright : Il n'y a aucune indication que le THSB soit bénéfique comme traitement de l'endométriose. Par contre, oui, il peut être extrêmement efficace pour d'autres symptômes menstruels comme le syndrome prémenstruel. Aussi tôt que dix à quinze ans avant la ménopause, le profil hormonal d'une femme peut commencer à changer. Il semble qu'il y ait un déclin plus important de la progestérone que des oestrogènes et ce déclin est responsable de nombreux effets indésirables, incluant des problèmes de sommeil. Remplacer la progestérone manquante peut régler cela très facilement.
Un autre réel « avantage » est la réduction que le THSB apporte sur les signes visibles du vieillissement ! Mais des bénéfices plus larges pour la santé sont vraiment significatifs. Pour les résumer brièvement ici :
• réduction du risque d'Alzheimer ;
• réduction du risque de maladie cardio-vasculaire (les oestrogènes et la testo-stérone sont des hormones extrêmement protectrices) ;
• réduction du risque d'ostéoporose ;
préménopauseet finalement, chez les femmes non-fumeuses, on a trouvé que les ?strogènes protègent contre la maladie pulmonaire chronique obstructive. Des statistiques montrent que parmi les non-fumeurs de cigarette, un homme contre huit femmes sera victime d'une maladie pulmonaire chronique obstructive vers la fin de sa vie. Une série de rapports de recherche du respecté laboratoire de biologie pulmonaire de l'école de médecine de l'université de Georgetown (dirigé par les Drs Donald Massaro et Gloria DeCarlo Massaro) a établi que les oestrogènes avaient des effets protecteurs sur les poumons - ils stimulent une enzyme dans les poumons qui est responsable de la conversion de l'oxygène en CO2. Tout cela va sans dire lorsque vous considérez qu'une femme enceinte (alors que ses niveaux d'oestrogènes sont au plus haut) non seulement mange pour deux mais aussi respire pour deux.

Nutra News : Mais les femmes ne sont pas les seules à tirer des bénéfices du THSB, les hommes également, n'est-ce pas ?

Dr Jonathan Wright : Absolument. En conservant des paramètres sûrs et en assurant une métabolisation sûre, il y a des données documentées, épidémiologiques montrant que le THSB prolonge sans aucun doute la durée de vie des hommes, en plus de tous les autres effets bénéfiques pour la santé mentionnés précédemment. Lorsque j'ai commencé pour la première fois à travailler avec le THSB dans les années 1980, 85 % de mes clients étaient des femmes. Aujourd'hui, je dirais que la répartition est en gros de 65/35.
L'un des premiers signes que les niveaux des hormones chez l'homme sont défaillants est une chute dans la libido - chez un homme, une libido saine est un signe de bonne santé. En plus, des patients mâles m'ont expliqué que leurs muscles ont cessé de se tonifier comme ils l'auraient dû. Les hommes âgés de 70 ans et plus font fréquemment des sommes dans la journée, une habitude qui s'arrête lorsque de meilleurs niveaux de testostérone sont restaurés. Un symptôme plus avancé peut être un dysfonctionnement érectile.

THSB

À côté de conserver un fonctionnement physique et sexuel normal, maintenir des niveaux de testostérone est l'un des facteurs clés pour réduire chez l'homme le risque d'Alzheimer. C'est l'étude Princeton men's, commencée en 1983, qui a établi que des niveaux plus élevés de testostérone libre étaient associés à une diminution du risque ultérieur d'Alzheimer. Des échantillons de sang ont été prélevés sur ces hommes en 1983 alors qu'ils étaient pour la plupart à la moitié de leur soixantaine ou plus âgés et à nouveau 15 ans plus tard. Toutes les maladies ont été dépistées, et c'est ainsi que les chercheurs ont découvert le lien entre les niveaux de testostérone libre et la maladie d'Alzheimer.
En fait, les hormones jouent un rôle clé dans la santé du cerveau. Dans une étude en 2002, des scientifiques de l'université Rockefeller ont créé des cultures cellulaires avec des neurones provenant de cerveaux d'hommes et de femmes. L'accumulation des déchets intracellulaires a été observée. Ensuite, une quantité physiologique de testostérone ou d'?stradiol (selon le sexe de la source des cultures cellulaires) a été administrée. Dans les deux, l'accumulation des déchets intracellulaires a été ralentie jusqu'à 90 %. Les hormones stimulent une protéine responsable du « nettoyage ».

Nutra News : Les risques du THS conventionnel sont maintenant connus. Existe-t-il des risques lorsque l'on « copie la nature » avec le THSB ?

Dr Jonathan Wright : Eh bien, de la progestérone vendue sans ordonnance est maintenant disponible depuis plusieurs années (à partir d'une source moléculaire provenant du yam) et il n'y a pas eu d'incident avec la progestérone bio-identique. Des femmes ont été capables de gérer leur prise et leur métabolisation sans supervision médicale.
Avec les oestrogènes, la DHEA et la testostérone, il faut cependant être plus prudent. Nous surveillons leurs niveaux de très près car un déséquilibre de l'une d'entre elles peut être un risque de cancer. Des tests sont nécessaires jusqu'à ce que non seulement on ait trouvé la quantité de chaque hormone adaptée à l'individu mais aussi, et c'est tout aussi important, on ait établi la métabolisation individuelle de chaque hormone en métabolites procarcinogènes et anticarcinogènes. Chacun est différent et il est d'une importance vitale de maintenir l'équilibre de chaque hormone pour les maintenir anti plutôt que procarcinogène. Une fois les niveaux adaptés établis et, si nécessaire, le métabolisme de ces hormones poussé en un mode plus anticarcinogène, il est probablement suffisant de faire un test une fois par an puis, ensuite, tous les deux ans.
Chez l'homme, nous avons besoin de vérifier que l'organisme ne convertit pas trop de testostérone en oestrogènes, car il existe un lien très net entre un excès d'oestrogènes provenant de la testostérone et le diabète de type II chez l'homme. Le test pour cela est un test de résistance à l'insuline. S'il y a un déséquilibre, le rétablir est relativement simple. Une modification de l'alimentation, le bon type d'exercice physique, une supplémentation appropriée feront normalement baisser la résistance à l'insuline. Mais il existe aussi deux préparations à base de plantes qui peuvent aider à bloquer la transformation de la testostérone en ?strogènes jusqu'à ce que le profil métabolique amélioré de l'organisme rétablisse la situation. L'une est une combinaison de quatre plantes chinoises, l'autre est la chrysine, un flavonoïde.
Un autre risque pour l'homme est un trop grand enthousiasme… Je fais très attention pour dire à mes patients que nous ciblons le profil hormonal d'un homme de 40 ans plutôt que de 18 ans ! Trop de testostérone peut hypercoaguler le sang.
TBHSComme je l'ai mentionné auparavant, avec les femmes, le principal risque de substitution avec des oestrogènes bio-identiques est que la voie métabolique de l'hormone devienne excessivement procarcinogène. Nous effectuons une série de tests sur les urines de 24 heures pour établir les niveaux exacts des différentes hormones. Vous avez besoin de toutes, mais il est très important d'avoir l'équilibre correct pour éviter tout risque. Par exemple, le « ratio 2/16 » : les 16a-hydroxy-oestrogènes sont procarcinogène mais les « types 2 » ne le sont pas. Il est donc plus sûr d'avoir significativement davantage de « 2 » que de « 16a », tandis qu'avoir trop des deux est également un problème. Ce déséquilibre peut être corrigé nutritionnellement. Des légumes crucifères peuvent détourner du 2-hydroxyestrogène du 16a.
Un autre risque est une insuffisance d'oestriol avec plus d'estrone et d'?stradiol, un déséquilibre procarcinogène. Si une femme n'a pas suffisamment d'?striol, elle peut prendre de l'iode pour rétablir l'équilibre. C'est la raison pour laquelle la vaste majorité des prescriptions de TBHS aux États-Unis a plus d'?striol que de n'importe quel autre oestrogène.

Nutra News : Une fois que vous avez commencé un THSB, devrez-vous le suivre jusqu'à la fin de votre vie ?

Dr Jonathan Wright : C'est entièrement un choix personnel. Certains le choisissent, d'autres non. J'ai travaillé avec des hommes et des femmes qui prenaient encore leur THSB à 70 ou 80 ans à cause de l'énergie qu'il leur donnait et de la façon dont il les faisait se sentir, aussi bien que parce qu'ils paraissaient plus jeunes que leurs contemporains.

Nutra News : Le Dr Lenard et vous-même parlez sans détour de la grande industrie pharmaceutique. En Europe, nous sommes au commencement d'une répression réglementaire significative sur les suppléments nutritionnels, encouragée par les grandes industries alimentaires et pharmaceutiques. Êtes-vous au courant de cela aux États-Unis ?

Dr Jonathan Wright : Absolument. Je suis en fait membre de l'Alliance for Natural Health et j'ai rencontré le Dr Robert Verkerk et discuté avec lui (voir l'interview du Dr Verkerk dans Nutra News de décembre 2009). Je suis à 100 % derrière son combat pour défendre la liberté de la santé et la liberté de choix. Les faiseurs de réglementations semblent avoir totalement négligé la santé de la nation lorsqu'ils ont fait passer ces lois réglementaires !

Nutra News : Vous mentionnez le dénigrement et parfois la répression illégale du THSB aux États-Unis par la grande industrie pharmaceutique et les médias. En fait, le dernier chapitre de votre livre traite de la façon dont ils « Essayent de l'emporter ». Comment peuvent-ils faire cela ?

Dr Jonathan Wright : À la fin de 2005, le laboratoire Wyeth, fabricant de Prempro, a envoyé une « pétition de citoyens » à la Food and Drug Administration (FDA) essayant de la lancer contre les pharmaciens préparateurs. La FDA a pris quelques années pour se faire une opinion et, en janvier 2008, a lancé des lettres d'avertissement à plusieurs pharmaciens préparateurs. Heureusement, il y a eu un tollé public massif contre cela, qui est arrivé jusqu'au Congrès, et, pour le moment, cela a été la fin de cette initiative.
méthoxyestradiolAussi, n'étant pas parvenu à l'anéantir, leur seule alternative est d'essayer d'en prendre le contrôle. Et c'est ce qui est en train de se produire actuellement. Ils ont découvert les propriétés curatives du cancer du 2-méthoxyestradiol (un métabolite naturel des oestrogènes) et ils sont en train d'essayer d'obtenir « l'approbation » de la FDA pour le commercialiser sous le nom de Panzem® comme traitement adjuvant du cancer. Naturellement, cela se fera à un prix considérablement élevé et contribuera à leurs futurs profits ! Panzem® fait déjà l'objet d'une étude en cours, mais ils en font un mauvais usage - administrant des doses allant jusqu'à 1 000 mg par jour. Cela, alors qu'une seule micromole par litre est suffisante pour stopper le développement de cellules de fibrome de l'utérus ! Le 2-méthoxyestradiol est extrêmement puissant et comme résultat de ces doses ridiculement élevées, des patientes de cette étude vont souffrir de toute une variété d'effets secondaires et abandonner l'étude. Si le laboratoire obtient malgré tout l'approbation de la FDA, d'après des actions précédentes de la FDA, cela veut dire que les pharmaciens préparateurs qui ont fourni du 2-méthoxyestradiol bio-identique d'origine naturelle seront poursuivis par la FDA pour vendre quelque chose qui maintenant « appartient » à la grande industrie pharmaceutique. C'est épouvantable !

 

Indication de médicament orphelin pour le 2-méthoxyestradiol (Panzem®) dans le cancer de l'ovaire

Le 14 avril 2005, la FDA a autorisé une indication de médicament orphelin pour les gélules de 2?méthoxyestradiol (2ME, ou Panzem®, fabriqué par EntreMed, Inc), autorisant son usage dans le traitement du cancer de l'ovaire.
L'autorisation se base d'une part sur une revue des données montrant que ce composé (entièrement naturel !) inhibe in vitro la prolifération de lignées de cellules de carcinome ovarien (incluant celles résistant à d'autres agents de chimiothérapie), a des propriétés angiogéniques et se lie à la tubuline.

De plus, une patiente avec un cancer de l'ovaire a expérimenté une réponse partielle durable au 2ME dans l'essai clinique de phase I, après l'échec de deux autres traitements de chimiothérapie. L'appellation de médicament orphelin est accordée par la FDA pour encourager le développement de traitements pour des maladies ayant une prévalence inférieure à 200 000 aux États-Unis.

2-methoxyestradiol

Le 2ME est actuellement en cours d'évaluation dans des études pour son usage dans le traitement du myélome multiple.

(Extrait de Medscape Medical News, April 21st, 2005.)


Un autre laboratoire pharmaceutique est en train de faire la même chose avec l'oestriol. On a trouvé dans des études réalisées à l'université de Californie, à Los Angeles (UCLA), qu'il offre des effets bénéfiques étonnants chez des personnes souffrant de sclérose en plaque.
Ils sont en train d'essayer d'obtenir l'autorisation de la FDA de commercialiser l'oestriol sous leur propre marque, Trimesta™, un médicament par voie orale. Cela en dépit des données indiquant que la prise d'oestrogènes par voie orale peut être risquée parce que ce n'est par la voie naturelle de l'organisme pour absorber une hormone.

 

 

Le Trimesta™ oral de Pipex Pharmaceuticals (maintenant appelé Adeona Pharmaceuticals) entame l'enrôlement de l'essai clinique de phase II/III pour la sclérose en plaque.

Nous développons le Trimesta™ comme agent immunomodulateur et anti-inflammatoire par voie orale pour le marché de l'Amérique du Nord. L'oestriol est autorisé et commercialisé à travers l'Europe et l'Asie comme agent oestrogénique léger depuis plus de 40 ans pour le traitement des bouffées de chaleur de la ménopause. L'oestriol est une hormone endogène importante produite dans le placenta par la femme au cours de sa grossesse. Les niveaux maternels d'oestriol augmentent de façon linéaire au cours du troisième trimestre de la grossesse et jusqu'à l'accouchement, moment où ils tombent brutalement presque à zéro. Notre scientifique inventeur du Trimesta™ est une éminente autorité sur le rôle que joue l'oestriol en fournissant un privilège immunologique au foetus pour empêcher son rejet par la mère.

 Trimesta

Le fait que des femmes enceintes avec une maladie auto-immune médiée par le Th1 (comme la sclérose en plaque) fassent l'expérience de taux élevés de rémission spontanée au cours de la grossesse (spécialement au cours du troisième trimestre) est un phénomène largement observé. De même qu'un taux élevé de rechute après l'accouchement (plus spécialement au cours des trois mois suivant l'accouchement). Partant de ces données, l'inventeur du Trimesta™ a conduit des essais cliniques préliminaires chez des femmes non enceintes souffrant de sclérose en plaque pour déterminer sa sécurité et son efficacité.
(Extrait d'un communiqué de presse de mai 2008, posté sur WordPress.com.)


Dr Jonathan Wright : Deux déclarations (soulignées) sautent réellement de la page concernant ce communiqué de presse d'Adeona Pharmaceuticals et doivent être commentées.
Dr WrightD'abord, des dizaines d'années de tests urinaires ont prouvé que l'oestriol est fabriqué par le corps de femmes non enceintes en plus grandes quantités que l'oestradiol et l'estrone. Il tombe pratiquement à zéro seulement dans le sérum sanguin parce que sa demi-vie dans le sérum sanguin est généralement inférieure à une heure, comme c'est prouvé par des tests radio-isotopiques ! À la différence des autres oestrogènes, l'oestriol est synthétisé puis très rapidement absorbé et utilisé par les cellules ou excrété, mais il ne chute jamais pratiquement à zéro chez une femme après l'apparition des premières règles ou avant la ménopause !
Deuxièmement, l'oestriol a été soit créé par Dieu, soit développé par la nature et ne pourrait donc jamais être inventé !

Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
A découvrir aussi
12-11-2013
Mélatonine : un somnifère naturel
L'Union Européenne a enfin autorisé un produit naturel qui aide à mieux dormir : la mélatonine. Si vous me demandez mon avis, les personnes qui...
Lire plus :
10-06-2014
Le DIM (di-indolylméthane) module positivement le métabolisme...
Les légumes crucifères, brocolis, choux, choux-fleurs sont la source de puissants phytonutriments capables de modifier le métabolisme des œstrogènes chez l'homme comme chez la femme...
Lire plus :
02-03-2002
DHEA l'hormone du mieux-vivre Ce que votre...
Cet ouvrage fait le point sur l'état de la recherche, et répond aux questions que vous vous posez sur les réels pouvoirs de la DHEA...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frenes

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer